Revue IRIS n°37/2016 L'Entre-deux et l'Imaginaire Lettre électronique des Centres de Recherche sur l'Imaginaire n°15 (2016) Actes du 2ème congrès du Centre de Recherches Internationales sur l'Imaginaire (2015) Philippe Walter : Dictionnaire de Mythologie arthurienne

Introduction

(initialement publiée sur le site du Centre de Recherche sur l'Imaginaire)

Le mystère Gauvain

 

Gauvain est le plus prestigieux chevalier de la Table ronde. Mais il est aussi le plus négligé et le plus incompris. on l’a enfermé dans un rôle de don Juan frivole, voire d’éternel second de la cour d’Arthur. Pourtant, des liens étroits le rattachent au socle arthurien le plus ancien. il apparaît bien avant Lancelot qui lui volera la vedette. Il reste surtout le héros principal d’un très grand nombre de romans souvent qualifiés de « secondaires » mais décisifs pour la compréhension globale du mythe arthurien(1). visiblement, Gauvain est le témoin privilégié d’une mémoire arthurienne que l’on peut supposer archaïque. Il porte sur lui les signes mystérieux d’un univers bien antérieur à la « littérature française médiévale » née au XIIe siècle.

Lire la suite : Philippe WALTER, Gauvain : le chevalier solaire (introduction)

Ludwig BECHSTEIN, Le Livre des Contes, traduit de l’allemand par Corinne et Claude Lecouteux, Paris, Corti, 2010 (collection Merveilleux n° 45)


Ludwig Bechstein (1801-1869) est un folkloriste allemand dont la gloire a été éclipsée par celle des frères Grimm (son recueil de contes a été réédité 45 fois de son vivant). Il avoue : « Je n’ai inventé aucun des contes présents. Je les ai en partie tirés de la tradition orale, en partie des écrits, mais je les ai retravaillés ». Il n’empêche : cette collection de 107 contes, magnifiquement traduits par Corinne et Claude Lecouteux, constitue une vraie mine d’or pour le médiéviste et pour tout critique qui place l’analyse des mythèmes au cœur de son approche méthodologique. Les sources de chaque conte sont dûment identifiées ainsi que ses versions parallèles chez les frères Grimm ou chez d’autres folkloristes.

Lire la suite : Philippe WALTER - Comptes rendus de lecture

Philippe WALTER (Université Stendhal)

(in "L'Interceltique", journal du Festival Interceltique de Lorient, automne 1997)

Depuis deux ans, Halloween est arrivé chez nous avec la rapidité d’une opération bien huilée. Il y a deux ans les citrouilles évidées étaient sorties des pubs irlandais ; maintenant, c’est tout le marché de Halloween avec ses déguisements, ses accessoires qui envahissent l’imaginaire des enfants ; derrière l’opération de marketing, il y a une fête qui nous vient du fond de la mémoire celtique.

Lire la suite : Philippe WALTER, "La Toussaint, Samain et Halloween"

Simone VIERNE (Université Stendhal)

(in IRIS, n° 13, 1993, p. 43-56)

L’étude qui va suivre ne prétend pas à l'originalité, mais se voudrait seulement une mise au point sur la méthode de lecture des textes que j'ai pratiquée, avec mes étudiants, depuis une quinzaine d'année. C'est dire qu'elle a un côté pragmatique, mais évidemment basé sur des principes théoriques qui étaient déjà exprimés dans un numéro de « Recherches et Travaux » par Gilbert Durand en 1975 et reprises par lui en 1979 dans Figures mythiques et Visages de l'ceuvre(1), dont la réédition porte dès la couverture le sous-titre explicite: «De la mythocritique à la mythanalyse» ; ce sous-titre renvoie ainsi explicitement à la troisième partie, méthodologique, de l'ouvrage. Si je tiens à préciser ces dates, c'est qu'il n'est peut-être pas inutile de rappeler que, contrairement à ce qu'affirme un peu légèrement un ouvrage récent intitulé Mythocritique, cette démarche a existé et produit ouvrages, articles et travaux de recherches bien avant 1992...

Lire la suite : Simone VIERNE, "Mythocritique et mythanalyse"

Jean-Pierre SIRONNEAU (Université Pierre Mendès-France)

(in IRIS, n° 2, 1986, p. 61-79)

La prise en compte du rôle de l'imaginaire dans la constitution et le maintien de la vie sociale ne pouvait être que progressive et partielle, dans la sociologie contemporaine, compte tenu des handicaps que cette discipline devait (et doit) surmonter et qui ont trait aux conditions qui ont présidé à sa naissance et à son développement.

Lire la suite : Jean-Pierre SIRONNEAU, "Quand la sociologie rencontre l'imaginaire"

 

nous contacter

CRI - Université Stendhal 
BP 25 
38040 GRENOBLE CEDEX 9

email

Monday the 27th. Association des Amis du CRI. Tous droits réservés..